Des groupes armés peuls et dogons ont signé des accords de paix

Selon les dires des autorités maliennes, des accords de paix ont été signés entre les groupes armés peuls et les groupes armés dogons et ce, après de nombreuses affrontements qui se sont déroulés depuis des mois dans le centre du Mali.
Il faut dire que c’est une bonne nouvelle car ce sont souvent les civils qui étaient souvent victimes de cette guerre incessante que ces deux communautés rivales se livraient. En effet, on y dénombre pas moins de quelques centaines de morts durant ces différentes affrontements et ce, rien que pour cette année 2019.

Il faut alors dire que ces accords peuvent s’avérer être une chance pour contrôler mais surtout aussi de neutraliser ces groupes armés qui ont fait tant de ravage au pays.

En quoi consistent ces accords de pays ?

Initié le 25 juillet dernier, ces accords de pays se basent principalement sur la cessation immédiate des hostilités entre les communautés qui se déchirent. De ce fait, cela implique un retour à la normal de la situation comme le fait de favoriser la libre circulation de la population, des biens mais surtout aussi des aides humanitaires, qui pour préciser ne pouvaient rien faire face à l’insécurité grandissante.

Toutefois, les autorités maliennes n’ont pas laissé l’occasion et ce sont spécialement investies pour consolider ces accords de cessation des hostilités car pas plus tard que ce 1er aout dernier, Premier ministre du Mali, Boubou Cissé s’est personnellement présenté pour acter définitivement cette entente tant attendue.

Mais quelles sont les causes de cette rivalité entre les peuls et les dogons ?

Il faut dire que cette mésentente opposant les peuls aux dogons a toujours été présente et ce, depuis pas moins de 200 ans. Cependant, c’est principalement l’arrivée des djihadiste appelés Front de libération du Macina qui s’est établi au Mali qui a véritablement envenimé la situation.

En effet, ces djihadistes ont pour ainsi dire profité de la situation déjà précaires entre ces deux communautés et ce, en faisant majoritairement entrer des peuls dans leur rang. A cause de cela, les dogons et quelques autres ethnies ont décelé la menace grandissante de cette alliance ont riposté en format divers groupes dits « groupes d’autodéfense ».

Et c’est à partir de cela que les affrontements se sont multipliés voire même s’aggraver car les djihadistes, en fournissant des armes aux quelques peuls qu’ils ont enrôlé ont pour ainsi dire fait monter d’un cran une rivalité intercommunautaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *