« Afro Beat » : Le nouveau projet du cinéaste Ne Kunda Nlaba

Alors que la passion de Ne Kunda Nlaba pour l’art a évolué depuis sa jeunesse, c’est en 2007 qu’il a choisi de se concentrer sur la cinématographie. Selon lui, le cinéma est la fusion de tous les arts tels que la musique, la danse, la photographie, le théâtre et autres. Pourtant, son expérience à Kinshasa, au Congo, lui apprenait que la créativité seule ne suffit pas, et qu’il faut aussi des ressources.

Les Africains créatifs ont été confrontés au fait que, bien que riches en idées, les investisseurs ne les soutiennent pas financièrement. Ne Kunda observe qu’il y a un travail de valorisation du cinéma africain qui est nécessaire afin que les investisseurs africains comprennent la valeur de la production cinématographique en tant qu’art et industrie. Il pense que le cinéma pourrait encourager le développement. Selon lui, le vieux paradigme doit changer. Depuis que le cinéma existe en Afrique, les sources de financement proviennent exclusivement de l’Europe la plupart du temps, et que les cinéastes comptent uniquement sur des subventions étrangères pour réaliser un projet. Cette culture doit changer et nous devons appliquer différents modèles économiques pour attirer les investisseurs locaux.

C’est donc un an après son arrivée à Londres que Ne Kunda Nlaba aura l’occasion de réaliser son premier court-métrage. Voici quelque une de la filmographie de Ne Kunda Nlaba :

  • « Le prochain » (2009), un film court métrage
  • « Le Pan d’acier » (2010) une documentaire
  • « Vivre sans vivre » (2011) une Documentaire de 16 min.
  • « Honey Bondowe » (2012), son premier film long métrage de fiction.
  • « Abeti Masikini : La Bataille d’une femme » (2015) Film documentaire
  •  « Kimpa Vita : la Mère de la révolution africaine » (2016) film documentaire.

Le cinéaste africain Ne Kunda Nlaba

Artiste engagé, Il s’inspire souvent de ses propres expériences et de son environnement ; comme le documentaire « Living without living », qui parle de réfugiés congolais en attente de régularisation de leur séjour en Angleterre ; ou « Kimpa Vita », la mère de la résistance au Congo contre l’invasion occidentale et au colonialisme, pourtant occultée par l’histoire. À travers ce documentaire, il a voulu retracer la vie de la mère de la révolution africaine. Le film « Kimpa Vita » luttre pour la liberté, contre l’esclavage et le massacre et les déportations du peuple du Congo, ainsi que la restauration du royaume. Ne Kunda Nlaba est un cinéaste qui souhaite utiliser l’art pour inciter le changement.

Le nouveau film « Afro Beat » de Ne Kunda Nlaba

Le nouveau projet de Ne Kunda Nlaba « Afro Beat » est un long métrage de fiction en pré-production dont il est le producteur, le réalisateur et le scénariste. Avec ce film, Ne Kunda voulait travailler sur un projet représentatif des diasporas africaines en Angleterre. L’afrobeat est un genre musical qui gagne en notoriété et qui est en phase avec un public plus jeune. À travers ce long métrage, Ne Kunda apporte un message s’attaquant au racisme, à la discrimination, aux difficultés que les communautés minoritaires peuvent rencontrer pour trouver un emploi à la hauteur de leurs qualifications ou de leurs ambitions. Cela les conduit souvent à exercer d’autres activités professionnelles pour gagner leur vie. Telle est l’intrigue du film. Mala, diplômée en droit, est destiné à une carrière d’avocate choisit la danse et la chorégraphie après des tentatives infructueuses pour trouver un emploi dans les cabinets d’avocats. En empruntant de l’argent à Cahsman pour démarrer son entreprise, il sera confronté à des situations impossibles orchestrées par ce dernier afin de le contraindre à vendre de la drogue pour lui. Sa seule issue : gagner une grande compétition d’Afrobeat pour rembourser Cashman.

Ne Kunda Nlaba nous invite à participer et à contribuer à ce projet par le crowdfunding. « Afrobeat » est un film de représentation positive de la communauté afro et qui met à contribution une jeune distribution talentueuse. L’objectif de la campagne de Crowdfunding est de récolter environ 33 000 €, ce qui représente moins d’un quart du budget du film s’élevant à environ 100 000 €.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *