garcon africain foret

Peut-être que l’Afrique n’avait pas prévu un succès.

Les pays africains ont connu une croissance rapide et impressionnante. Mais la croissance économique ne coïncide pas avec l’élimination de la pauvreté car elle n’est pas liée aux secteurs économiques qui affectent les pauvres. Le chômage des jeunes a atteint des proportions alarmantes.

Le risque d’émeutes et de troubles sociaux est accéléré par l’urbanisation des pauvres. Les jeunes frustrés qui vivent dans les townships sont facilement attirés par les gangs criminels ou les organisations terroristes. L’accès aux médias sociaux facilite également la mobilisation.

Un taux de croissance rapide mais peu de perspectives d’avenir

L’Afrique affiche le taux de croissance urbaine rapide dans le monde. On estime que les pays africains doivent créer des emplois productifs pour 7 à 10 millions de jeunes qui entrent sur le marché du travail chaque année.

Beaucoup de jeunes n’ont pas les compétences requises pour entrer sur le marché du travail formel, qui est devenu de plus en plus exigeant. Une proportion inquiétante de ceux qui ont terminé l’école primaire ont des difficultés à lire et à écrire.

Le système scolaire de nombreux endroits est caractérisé par des élèves qui doivent être obéissants, suivre les instructions, copier ce que l’enseignant dit et mémoriser les manuels scolaires. La conformité est une vertu première.

Les dirigeants africains ont déclaré 2009 à 2018 « la décennie de la jeunesse africaine ». Les gouvernements ont lancé de nombreuses stratégies pour l’emploi des jeunes, mais le chômage et le sous-emploi continuent d’augmenter.

De plus en plus d’Africains refusent de tolérer une situation où l’Afrique est un continent riche mais où la majorité de sa population est très pauvre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *