Pas de lien politique concernant la coopération entre la Chine et l’Afrique

Le vice-ministre du Commerce chinois, Qian Keming, a affirmé que la coopération économique et commerciale entre la Chine et l’Afrique est dépourvue de conditions politiques sur le forum dédié.

Il avance également dans la dépêche de la New China News Agency de Pékin :

« La coopération ne présente aucune condition politique, elle est parfaitement équitable et offre une collaboration gagnant-gagnant des deux côtés » .

D’après les sources, il aurait fait cette déclaration lorsqu’il s’est adressé à une conférence de presse à Pékin.

Des avantages économiques pour les pays d’Afrique

La coopération économique et commerciale entre la Chine et l’Afrique a amélioré les infrastructures, créé des emplois et favorisé les moyens de subsistance des populations en Afrique, tout en aidant les entreprises, les produits et les normes chinoises à l’étranger, a fait remarquer M. Qian.

Il met aussi l’accent sur le fait que les investissements chinois en Afrique sont en grande partie sous la forme de projets d’infrastructure et représentent des actifs précieux qui apporteront des bénéfices à la croissance économique future de l’Afrique. Selon lui, tout en faisant des investissements, la Chine favorisera les projets qui génèrent des avantages économiques, qui créent des emplois et augmentent les taxes et les exportations.

Le responsable chinois a assuré que la Chine aidera et renforcera la dynamique interne de développement économique de l’Afrique et partagera son expérience en matière de construction d’infrastructures avec les pays africains. Les dirigeants et les entrepreneurs de plus de 40 pays africains, dont le Libéria, se réunissent actuellement à Beijing, pour discuter d’un large éventail de questions mondiales lors de la Conférence de 2018 sur la réduction de la pauvreté et le développement du Forum.

Pour le cas du Liberia

En ce qui concerne le Liberia, cette coopération Chine-Afrique a pour objectif d’accélérer la prospérité et la croissance de la nation. Le Président, George Manneh Weah, vise à améliorer les conditions économiques du pays, fournir des soins et des infrastructures sanitaires développés. Il a prévu de mettre en avant la sombre situation de la nation à l’ordre du jour durant le sommet.

Étant le Troisième pays le plus pauvre du monde, le Liberia suit actuellement un régime populiste dirigé par Weah. Ayant grandi dans un bidonville le long de la côte de Monrovia, une situation qui le place dans la bonne position pour exposer la situation désastreuse de la plus ancienne république africaine, ce dernier est appuyé par la grande majorité du peuple.

Le forum, qui se tient dans le cadre de l’initiative « Belt and Road », vise à renforcer les échanges entre les dirigeants d’Afrique et de Chine, afin d’aider les pays africains à former davantage de jeunes talents dans les domaines de la réduction de la pauvreté et de l’éradication de la maladie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *